Le Dimanche 12 Avril, les orthodoxes ont célébré la fête de Pâques et ce avec un décalage d’une semaine par rapport aux célébrations juives et catholiques. Les orthodoxes suivent le calendrier grégorien, un calendrier moins précis que le calendrier julien des catholiques et qui souffre d’un décalage de 13 jours par rapport au calendrier astronomique.

La commémoration de la Pâque orthodoxe n’a pas de date fixe. Elle se célèbre après la Pâque juive et dans la première semaine qui suit la pleine lune. Aussi, elle célèbre la résurrection du Christ trois jours après sa crucifixion. C’est la fête la plus importante de l’année pour les Chrétiens orthodoxes.

Les spécialités dégustées diffèrent des oeufs en chocolat des enfants catholiques. Ceux des orthodoxes sont de véritables oeufs de poules peints de différentes couleurs. Les enfants peuvent alors en choisir un et le considérer comme un porte-bonheur. Ce porte-bonheur, il faudra le « toquer » contre l’œuf d’un autre enfant lors de la « bataille » d’œufs le lendemain de la messe de minuit. S’il casse, il pourra alors le manger, puis en choisir un nouveau.

Par ailleurs, le « Kulisch », une brioche tressée parfumée au rhum, au safran et contenant des fruits confits des amandes et des raisins est bénie par le Pop (prêtre) au cours de la messe de Pâque et est dégustée à la fin de celle-ci. À la fin de la messe, les fidèles se saluent entre eux par ces quelques mots : « le Christ est ressuscité, il est ressuscité pour de vrai ».

Le nombre de chrétiens orthodoxes est estimé à 200 millions dans le monde et 150 000 en Suisse.

 

By Michael Major